AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sarevok Eirswatsein
Sarevok Eirswatsein
Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Vide
MessageSujet: Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Icon_minitimeLun 22 Nov - 8:44

Sarevok avait passé la semaine précédente dans sa solitude. Cherchant à comprendre pourquoi ses sentiments envers Dany changer et savoir comment lui avouer son terrible secret.
Mais il se trouva qu’à la fin de sa semaine de solitude, semaine plutôt basé sur la réflexion à divers soucis que Sarevok avait, il regretta de s’être tant éloigné de ses amis car il se trouve qu’il avait croisé Dany avec des connaissance ou il ne savait trop quoi, à elle et leur relation était des plus suspecte. Ce jour là une seule pensée lui vint à l’esprit.


*Quoi ? Elle à déjà un petit ami ?*

Sur le moment il fut tellement surpris et ne sachant pas trop comment réagir il préféra partir en refoulant sa jalousie, avec un regard de tueur, faisant écarté pas mal sur son passage et ceux avec force pour être sur qu’il ne le gêne pas dans sa pseudo fuite de cette vue des plus énervante à ses yeux. S’en voulant lui-même. C’était le week-end qu’il avait cela.


Nous étions la semaine suivante, le mardi plus précisément. Ce qui avait donner à Sarevok exactement une après-midi, deux journée complète plus cette journée pour se remémorer cette horrible vision du samedi précédent. N’ayant pas encore explosé de colère il sentait qu’il allait devoir déverser sa haine, sa colère, sa rage, son envie de meurtre, son désir de faire souffrir, son envie de torturer ! Oui c’était beaucoup de sentiment noir que ressentait notre Terreur, et cela se voyer dans son regard. Mais le plus inquiétant au yeux des autres élèves c’était que du coup ses derniers jours il n’avait rien fait. Pas de mauvaise blague, pas de coup fourré, pas de sortilège jeter, pas d’agression de quelque façon que se soit sur personne. Il s’était contenter de parcourir les couloirs de Swelty son regard de psychopathe droit devant, une lueur de folie meurtrière brillant dans ses yeux.

Pendant les cours il était comme absent, son corps était là, on le voyait ! Mais son esprit et son attention n’y étaient pas du tout. Trop occupé à se répéter en boucle le moment où il avait vue Dany très, très proche avec un garçon. Sa l’obséder, sa il n’arrivait pas à oublier cette scène. Il y aurait eu une petite pleine lune et ce garçon il ne se serait pas retenue pour devenir un loup-garou et que la bête en lui fasse disparaître à tout jamais ce garçon. A cette idée il se laisser pensée à ce que le garçon aurait subit. Il aurait finit mordue, griffer, déchiqueter. Oui cette idée lui plaisait et en plus on aurait pas pu lui en tenir rigueur car en temps que loup-garou on ne se contrôle plus on est plus le même.

La journée de cours se déroula ainsi, avec de sombre pensée et bien plus encore, avec le regret d’être comme tenue en laisse par le personnel de Swetly, tenue sous surveillance et donc regrettant la guerre civile ou il avait pu se transformer plus d’une fois.
Quand la fin des cours sonna contrairement aux autres élèves qui s’éparpillèrent en petit groupe d’amis pour se raconter leur journée Sarevok lui préféra de loin trouver un endroit où il pourrait se défouler, lâcher tout se qu’il avait sur le cœur, détruire il devait détruire ! Il chercha longtemps, il lui fallait un endroit où il ne se ferait pas dérangé, un endroit où avec de la chance il ne serait pas gêné dans sa colère.

C’est donc dans une idée bien définie qu’il alla aux sous-sols, direction la salle abandonnée. Un endroit tranquille que seul les anciens de Malwen connaissaient. Un des vestiges de Malwen. Il ouvrit lentement la porte de la salle. Entra et observa. Il y avait des armoires, un tableau, des tables, des chaises, des livres, deux armures, des tableaux, quelques cages. Parfait il allait pouvoir s’en donner à cœur joie.
Trop pressé d’enfin déversé sa rage il ne referma pas la porte, porte qui subit les sévices de Sarevok. Il y flanqua plusieurs grand coup de pied et coup de poing. Il prit une table et l’envoya avec force sur la porte. La porte finit par céder et la table se brisa. Il enchaînât en faisant traverser son pied dans une chaise, là où l’on pouvait normalement y poser ses fesses… Plus maintenant. Puis il se jeta sur une armoire. Il l’attrapa sur le côté et dans un cris de rage intense il la fit basculer et une fois au sol, comme pour achevé un ennemi invisible il prit une nouvelle table et frappa sur l’armoire avec la table. Son petit manège de destruction du mobilier dura un bon moment. Il se fichait bien d’être renvoyé, perdre des points ou être collé. Il devait passé sa colère et il valait mieux les meubles que des êtres humains. Pour continuer il frappa l’une des armures à grand coup de poing, si fort que ses mains finirent en sang. Mais il ne s'arrêtait pas ! La douleur sentimentale était trop grande et sa douleur physique ne surpassait pas encore sa colère et cette jalousie qu’il avait en lui.

Son vacarme se faisait entendre dans tout le sous-sol et remonter jusqu’au rez-de-chaussée.
Il continuer inlassablement son acte de destruction. Les poings en sang, les arcades ouvertes, il finirait par se briser les os, mais il s’en fichait il continuer. Encore et encore. Il avait tant à faire sortir. Pourquoi ? Pourquoi son cœur c’était mit à aimer Dany ? Pourquoi avait-il du voire cette scène ? Il ne comprenait pas et plus il y pensé et plus il s’énerver. Il prit donc un instant de repos, il avait réussit à détruire la moitié des meubles et avait déformer une des deux armures. Il lui restait encore l’autre moitié pour ce défouler.


« Pourquoi ? Pourquoi ? Il a quoi de plus que moi ? »

C’était une de ses questions sans réponse qui lui occuper l’esprit. Il avait laisser son sang un peu partout et il remarqua que en plus de ses arcades ouverte et ses mains en sang il avait déchiré son pantalon et c’était ouvert le tibia gauche et le genoux droit. Mais au final ce ne serait que quelques cicatrices supplémentaires, il en avait déjà tellement… Alors un peu plus un peu moins il n’était pas à ça près. Soudain il sentit que quelqu’un l’observait. Sans se retourner il dit alors :

« Qui es là ? Tu veux peut-être subir le sort de ses meubles et de cette armure ? Je ne pense pas alors tire toi ! »

Il na savait pas qui c’était et a vrai dire en ce moment précis il avait encore trop de haine et de colère en lui. Il n’avait pas encore tout extériorisé et il avait encore envie de détruire. Sa prochaine cible serait la deuxième armure. Oui il lui ferait subir pire que à la première.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filomena D. B. Lucchese
Filomena D. B. Lucchese
Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Vide
MessageSujet: Re: Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Icon_minitimeLun 13 Déc - 5:40

    Quelques claquements de talons contre la pierre, répercutés comme à l’infini contre les murs nus des corridors du sous-sol de Swelty. La lueur des chandeliers repoussait les ténèbres qui reprenaient de l’espace entre chacun d’eux. Comme à leur habitude, les passages étaient déserts, démontrant une fois de plus à quel point les élèves de l’école de Sorcellerie préféraient la lumière du soleil à l’ombre des cachots.

    Filomena s’était levée se matin-là avec la ferme intention de reprendre son entraînement dans la salle abandonnée. Elle s’y rendait plus de 3 fois par semaine, s’exerçait sur les armures et avait même fignolé un mannequin de tissu qu’elle gardait dans une garde-robe de la pièce. Ses sorts, déjà très précis et rapide, semblaient plus efficaces à chaque fois qu’elle descendait se pratiquer dans les cachots. Comme personne ne s’y rendait jamais, elle pouvait être à son aise, crier comme elle le voulait et casser ce qui lui faisait plaisir. Un petit Reparo et un Recurvite plus tard, personne ne pouvait se douter que la belle venait tout juste de ranger le chaos qu’elle venait toujours de créer.

    La Nasteen s’était donc rendue dans les cachots de l’École, après un rapide coup d’œil dans un des miroirs de la salle de douche des filles. Elle avait alors remonté ses longues boucles d’ébènes en queue de cheval à l’aide d’un ruban. Elle portait un short court en denin et un t-shirt aux couleurs de sa maison, quelque chose de très confortable pour s’entraîner. Dans un sac à dos, une bouteille d’eau, une serviette et ses espadrilles étaient entassés, alors que ses pieds étaient chaussés de talons hauts. Quand on est petit, on ne peut pas manquer une occasion d’être à son avantage…

    C’est donc son sac à dos sur l’épaule que la 7e année se dirigea vers le sous-sol, non sans se perdre dans ses pensées. Il y avait bien longtemps qu’elle avait vu Adam pour la dernière fois, se dit-elle. Filomena se doutait bien que son ami n’avait pas participé à la guerre, mais qu’est-ce qui pouvait bien l’avoir empêché de donner quelques nouvelles que ce soit? Son meilleur ami lui manquait, tout comme Jack… Ne dit-on pas que c’est en temps de crise que l’on se rend vraiment compte de ce qui nous tient à cœur? Tout comme Adam, elle n’avait revu son grand ténébreux depuis la reconstruction de l’école… que pouvaient-ils bien faire, tous les deux?

    L’esprit complètement ailleurs, ses jambes la menaient d’elles-mêmes à l’endroit attendu, tellement ce chemin avait été maintes fois emprunté. Un grand fracas la sortie de ses pensées, la faisant s’arrêter et froncer les sourcils par le même fait. Ne venait-elle pas d’entendre une sorte de tabouret de bois s’éclater contre un mur de pierres? Qui pouvait bien faire un tel vacarme à une heure pareil?

    Ses pieds s’étaient remis à se mouvoir d’eux-mêmes, elle courait dans la direction du bruit, ses talons claquant de plus belle et la baguette pointée vers l’avant. Sa surprise fut grande lorsque l’Italienne se rendit compte que le bruit provenait exactement de la pièce dans laquelle elle avait l’intention de s’entraîner. Cependant, elle n’était pas au bout de ses surprises…

    Lorsqu’elle franchit la porte, baguette levée… son sac s’écrasa contre le sol, alors que Filomena le reconnut.
    Même de dos, elle savait que c’était lui…

    La guerre de Malwen. Au milieu de la plaine, au milieu des corps, au milieu des sorts. Debout, elle regardait devant elle. De loin, elle le voyait se battre, sans savoir contre qui il se battait, qui il défendait. Une bête foncée, presque noire, déchaînait sa fureur. Dégageait tout sur son passage. Se creusait un passage à sa guise. Il s’approchait de plus en plus, était de plus en plus près d’elle. Son don en fonction, elle scrutait l’esprit de chacun de ses adversaires, voulait savoir les coups à l’avance, savoir à qui elle avait affaire. Ses habiletés en duel lui avait permis de rester en plein contrôle de ses moyens, fière et bornée. Lorsqu’elle le vit s’approcher d’elle, elle n’avait qu’une seule idée en tête : tuer cette bête immonde.

    Mais elle ne pu, pour la simple et bonne raison que cette bête, c’était nul autre que Sarevok Eirswatsein, élève de son année et de sa maison. Ses prunelles de Legilimens venaient de percer celles d’une couleur étrangement jaunâtre du garçon, lui permettant alors de scruter son esprit. Elle y vit des images en boucles, puis des flashs, y reconnut quelques professeurs, des élèves, Dany… Elle se rendit compte alors qu’ils étaient alliés, qu’elle venait tout juste de connaître son secret… et lui aussi, par le même fait.


    Depuis qu’il s’était enfui dans la direction opposé sur la plaine ce soir-là, jamais elle n’avait tenté de reprendre contact avec le Loup-garou. Une espèce d'entente non-formulée était passée entre eux : si il ne parlait pas de son don de Legiliment, elle ne parlerait pas de sa forme de bête. Lorsqu’ils leur arrivaient de se croiser dans les corridors, la belle ne pouvait s’empêcher de le toiser, de guetter ses moindres gestes. C’était un garçon à l’âme dangereuse, comment l’avait-on laissé entrer à Malwen et maintenant à Swelty? Ils auraient du l’enfermer dans l’un des cachots depuis longtemps, comment se pouvait-il qu’il soit ici, à tout casser dans cette salle abandonnée? Filomena pensa alors qu’ils n’étaient peut-être pas au courant de sa lycanthropie… comme ils ne connaissaient pas son don de percer les esprits.


    « Pourquoi ? Pourquoi ? Il a quoi de plus que moi ? »


    La baguette pointée vers l’avant, la jeune fille leva le menton et plissa les yeux, scrutant les moindre faits et gestes du jeune homme. Que pouvait-il bien l’avoir mis dans un état pareil? La 7e année porta alors une attention toute particulière à ce que venait de dire son rival, parlait-il vraiment de Dany Salmon?

    L’idée lui était venue tout de suite, car elle connaissait bien la jeune fille pour l’avoir côtoyée pendant presque toutes ces années à Malwen. C’était l’une des seules Nissena qu’elle arrivait à apprécier, elle était devenue avec le temps l’une de ses confidentes. Cependant, la guerre avait suffit à les séparer… De longues conversations s’en étaient suivies, après que l’Italienne ait vu la place qu’occupait son amie dans le cœur de Sarevok. Elle avait bien tenté de la mettre au courant, qu’il fallait qu’elle se détache de ce garçon… mais elle ne pouvait pas lui dire son secret. Aussi Dany s’était-elle contenté d’en venir à la conclusion que Filo’ devait être jalouse, avait rejeté ses mises en garde d’un revers de la main. Depuis, elles s’évitent.


    « Qui es là ? Tu veux peut-être subir le sort de ses meubles et de cette armure ? Je ne pense pas alors tire toi ! »


    Un ricanement méprisant brisa le silence qu’entretenait la Nasteen jusqu’alors, un ricanement qui franchit ses lèvres pleines pour se répercuter contre les murs de pierres de la salle abandonnée. Tentait-il vraiment de lui faire peur avec ses petites menaces de bas étages? Question duel, Filomena était en pleine connaissance de ses moyens et savait qu’elle n’aurait aucun mal à se défendre, même en faisant face à un Loup-garou déchaîné.

    - Je n’ai aucunement l’intention de m’en aller, si tu veux savoir… Ça serait plutôt à toi de quitter cette pièce, si tu ne veux pas finir noyé dans la mare de sang qui commence à s’étendre autour de toi…

    Bien sûr qu’elle en rajoutait, mais le garçon semblait vraiment mal en point. Tout en s’avançant, elle enjambait les pattes de tables cassées, les tabourets éclatés et la mousse des fauteuils éventrés. Elle garda tout de même une certaine distance avec lui, mais rangea sa baguette. Elle avait confiance qu’elle en aurait probablement pas besoin.

    -
    Si tu te mets dans cet état à cause de Dany, je ne sais pas si ça en vaut vraiment la peine…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarevok Eirswatsein
Sarevok Eirswatsein
Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Vide
MessageSujet: Re: Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Icon_minitimeVen 17 Déc - 1:35

La présence dans son dos sembla se mouvoir… Cette voix, c’était cette fille, c’était l’ancienne amie de Dany. Cette peste de Legilimens qui s’insinuer dans votre esprit pour lire vos pensées et vote âme. Dommage, elle n’était pas morte pendant la guerre, sa aurais neutraliser un problème épineux.

- Je n’ai aucunement l’intention de m’en aller, si tu veux savoir… Ça serait plutôt à toi de quitter cette pièce, si tu ne veux pas finir noyé dans la mare de sang qui commence à s’étendre autour de toi…

Ainsi donc elle n’avait pas peur ? Aux vues de la réponse fournis, nul doute que à cet instant précis elle n’avait pas peur, et on aurait plutôt pensé à une grande confiance. Trop de confiance en soie, c’est dangereux.

« Une marre de sang ? Peu m’importe, je ne pourrais pas me noyer dans du sang, j’y noierais les autres ! Le sang, futile preuve de l’existence volatile des êtres ! Si on s’inquiète de trop perdre de sang alors on est faible ! »

Elle exaspérait Sarevok, on parlait de lui et de ses grand airs mais cette fille se croyais intouchable avec sont pouvoir. Sûrement qu’elle avait un avantage mais avait-elle une vitesse suffisante pour esquiver une salve d’attaque ? Sûrement pas, faire un bon sorcier ne voulait pas dire être un bon combattant.

- Si tu te mets dans cet état à cause de Dany, je ne sais pas si ça en vaut vraiment la peine…

Petite pique ? En tout cas Sarevok y réagis en soulevant un table qu’il envoya au dessus de lui, puis il ferma les poings et laissa la table lui tomber dessus, l’impact fut violent, écrasant mais bon… la table tomba au sol tout juste abîmer, Sarevok s’énerva encore plus et vint y flanquer un grand coup de genoux pour bien la cassé. Bon cette fois, il l’avait mal prise et son genou vit la peau suffisamment ouverte pour que l’on puisse voir la rotule. Hum, ce n’était pas grave, une douleur supplémentaire, bénigne.

« Tu en sais quoi toi si sa en vaux la peine ou non ?! »

Il se dirigea vers l’armure aussi vite que son corps lui permit et lui enfonça son crâne dans le casque, celui-ci resta bloquer sur le visage de Sarevok. Il l’arracha dans un cri plein de rage.
Toujours plus écorché, toujours plus de sang coulant. Les joue avait prit pas mal et celle de droite avait un troue. Si on examiner de plus près le casque qu’il venait de balancer au sol, l’on pouvait y voir de la chaire sur la partie droite qui avait fait une sorte de pointe sous l’impact du coups porter.


« Que je me souviennes vous ne vous parlez plus ! Alors ne viens pas me dire ce genre de réplique infondé ! »

Il lui jeta un regard furieux, mais seulement un bref instant. A nouveau il se mit à chercher un nouvel objet à détruire… Les cages, il alla en prendre une et commença à forcer de tout ce qu’il pouvait, commençant petit à petit à plier les barreaux, ce n’était pas rapide, mais il y arriverai quitte à faire exploser ses muscles sous l’effort.

*Je pourrais tué cette fille, là maintenant ! Aucun témoin, je fais passé ça pour un accident… Mais je n’ai pas le temps de réfléchir à un plan… Je me contenterai de détruire tout dans cette salle sa suffira pour la journée.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filomena D. B. Lucchese
Filomena D. B. Lucchese
Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Vide
MessageSujet: Re: Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Icon_minitimeJeu 6 Jan - 5:45

    Ça aurait été stupide de laisser paraître qu’elle puisse avoir peur, surtout face à un monstre comme Sarevok. C’était le genre de garçon chez qui la peur des autres alimente les passions et lui donne une force dans laquelle il puise pour arriver à ses fins. Dans ce genre de situation, il était préférable d’afficher une assurance inébranlable afin de déstabiliser son adversaire… De toute façon, un petit Protego suffirait à éviter les objets qu’il pourrait éventuellement lui balancer à la tête…

    « Une marre de sang ? Peu m’importe, je ne pourrais pas me noyer dans du sang, j’y noierais les autres ! Le sang, futile preuve de l’existence volatile des êtres ! Si on s’inquiète de trop perdre de sang alors on est faible ! »


    -
    OH! Mais c’est qu’on fait dans la poésie! Aurais-tu donc un côté sensible alors, Sarevok Eirswatsein? J’ai du mal à croire derrièretes crocs et ta fourrure il y a un cœur et des sentiments…
    …et encore plus lorsque je te vois dans cet état-ci.


    Un sourcil inquisiteur s’était arqué à l’entente des paroles du Nasteen. Venait-il vraiment de parler de cette façon? N’y manquait plus que les rimes… et on y était! Cette façon de s’exprimer ne pouvait que jurer avec l’être qui se tenait devant elle… ça devenait presque une caricature. Elle retenue à grande peine un éclat de rire qui aurait sans doute animé encore plus la force sauvage du garçon… et ça ne semblait vraiment pas le moment d’être hautaine.

    Les prunelles claires de la Legilimens suivirent la trajectoire de la table, au même moment que sa main se levait pour dresser sa baguette devant elle. Filomena s’attendait à voir le meuble passer au-dessus de sa tête et se fracasser contre le mur derrière elle, mais plutôt il s’écrasa contre la tête du garçon qui ne demandait que de ressentir la douleur. Grimaçante, elle vit le sang gicler lorsque sa rotule apparue à l’air frais. Avait-il une détresse intérieure telle qu’il ne ressentait plus la douleur physique? Ça lui semblait absolument impensable…[/font]


    « Tu en sais quoi toi si sa en vaux la peine ou non ?! »

    « Que je me souvienne vous ne vous parlez plus ! Alors ne viens pas me dire ce genre de réplique infondé ! »


    - J’en sais que tu ne devrais pas te mettre dans cet état pour une fille envers qui tu n’es même pas complètement honnête…

    … et si on se parle moins qu’avant, c’est bien parce que j’ai tenté de la mettre en garde à ton sujet. Mais comme elle est têtue, et que je ne lui ai pas dit clairement ce que tu étais… bah voilà, on s’est un peu éloignée.


    Pour joindre les gestes aux paroles, la Nasteen s’était déplacée sur sa droite, désireuse de rejoindre un coin un peu plus calme de la pièce. Elle marchait lentement et regardait où elle mettait les pieds pour ne pas se tordre une cheville en marchant sur quelque chose qui pourrait la faire trébucher. Arrivée, elle s’assied sur un banc encore miraculeusement intact en retrait, croisa les jambes et posa sa baguette à ses côtés.

    L’Italienne le regarda un instant fracasser les armures et l’observa détruire son visage. C’était quoi l’idée? Ne devenir qu’un amas de chair? Franchement, ça devenait dégoûtant…Et s’il espérait séduire Dany avec cette tronche… c’était peine perdue.

    Déjà, il s’attaquait à autre chose et Filomena ne pu s’empêcher de hocher la tête à la négative. Elle avait quitté le Manoir familial pour éviter de revoir ce genre de scène, et maintenant elle assistait à ce qu’elle avait toujours détesté.

    -
    Pourquoi tu fais tout ça, tu peux me le dire? J’espère que tu connais un bon médecin à l’Hôpital Magique de New York parce que tu commences à être amoché… Et l’infirmier de Swelty ne pourra rien pour toi si tu continues à te mutiler comme ça.

    Commençait-elle à ressentir un semblant de compassion pour la bête? Son ton s’était adoucit, ses jambes s’étaient décroisées alors qu’elle prenait une posture plus ouverte. Peut-être voyait-elle un lien entre eux deux? Tous les deux pris avec un grand secret qu’ils ne pouvaient dévoiler… Ils vivaient dans un silence similaire qui les empêchait d’être honnêtes avec les personnes qui leur sont chers…

    Mais par contre, ses entraînements en duel l’avaient amené à éviter toute forme de douleur, à force de contrer et d’esquiver tout ce qui pouvait lui causer du tord… Cela semblait complètement le contraire avec Sarevok, qui voulait intentionnellement ressentir le mal. Peut-être n’étaient-ils pas si comparables, finalement…

    Son silence devait commencer à être suspect, aussi leva-t-elle la tête vers le Nasteen pour observer ce qu’il faisait avec cette cage en main. Afin de se sortir de ses pensées qui commençaient à prendre un peu le contrôle de ses émotions, la 7e année secoua la tête, fouettant l’air de sa chevelure d’ébène.

    -
    Je t’y accompagne si tu le souhaites.

    Il était clair que cette offre était à prendre ou à laisser… et qu’elle ne serait pas reformuler maintes fois, même si elle s’attendait à ce qu’il la refuse derechef.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarevok Eirswatsein
Sarevok Eirswatsein
Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Vide
MessageSujet: Re: Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Icon_minitimeVen 7 Jan - 7:52

- OH! Mais c’est qu’on fait dans la poésie! Aurais-tu donc un côté sensible alors, Sarevok Eirswatsein? J’ai du mal à croire derrièretes crocs et ta fourrure il y a un cœur et des sentiments…
…et encore plus lorsque je te vois dans cet état-ci.


Après cette phrase la Nasteen avait arqué un sourcil, elle semblait se battre avec elle-même pour retenir une certaine réaction que sur le moment Sarevok ne pouvait deviner, certes il savait voir ce que les gens ressentait mais là, non il était trop prit dans sa rage pour assimiler les réactions, c’était déjà de justesse que ses oreilles accepter de faire parvenir à son cerveau les paroles de Filomena, alors que ses yeux interprètes des réactions, impossible, ils restituaient cette image de Dany et du garçon. Alors qu’il venait de passer sa colère sur une table, la jeune fille sortit sa baguette comme pour se protéger de celle-ci. Mais au final elle n’eu nul besoin de lancer de sortilèges pour se protéger de la table.

- J’en sais que tu ne devrais pas te mettre dans cet état pour une fille envers qui tu n’es même pas complètement honnête…

… et si on se parle moins qu’avant, c’est bien parce que j’ai tenté de la mettre en garde à ton sujet. Mais comme elle est têtue, et que je ne lui ai pas dit clairement ce que tu étais… bah voilà, on s’est un peu éloignée.


Elle était énervante, toujours réponse ou trouvant des excuses à des faits établit. Elle se déplacer lentement entre les décombres, comme pour chercher un coin plus plaisant pour mieux rester à regarder le spectacle. Elle finit par s’asseoir sur un banc, croisant ses jambes et posant sa baguette près d’elle.

- Pourquoi tu fais tout ça, tu peux me le dire? J’espère que tu connais un bon médecin à l’Hôpital Magique de New York parce que tu commences à être amoché… Et l’infirmier de Swelty ne pourra rien pour toi si tu continues à te mutiler comme ça.

Elle se croyait marrante ? Elle pensée quoi que Sarevok ne savait pas pourquoi il faisait cela ? Et après elle se disait Legilimens, le ton c’était certes adoucit, décroisant ses jambes, prenant une posture plus ouverte, Sarevok lui continuer à se détruire et détruire les meubles, la cage lui résister, encore mais les barreaux commencer à se tordre.

*Je suis un loup-garou alors tu vas céder maudite cage ! *

Sa y était, la cage se tordit sous la force brute, la rage aidant à gagner en force, il la jeta ensuite au sol mais elle rebondit et partit dans ses abdominaux. Il ne réagit pas déjà occuper à essayer d’arracher le tableau du mur.

- Je t’y accompagne si tu le souhaites.

Alors il n’en revenait pas, il posa sa tête contre le tableau ses bras tremblant, ses genoux commençant à se plier et ses épaules montant et descendant. Les larmes aux yeux il lui dit alors.

« Tu veux savoir pourquoi je fais tout ça ? Parce que j’aime Dany ! Parce que je veux être avec elle, parce que je l’ai vue très proche d’un autre type et que je me suis rendu compte que je ne pourrais jamais la rendre heureuse, que je suis dangereux pour elle, que je suis dangereux pour tout mes amis ! J’ai bien faillit tuer Grey pendant la guerre civile sous ma forme de loup-garou ! Tu peux seulement comprendre ce que je ressens ? Je ne crois pas, je suis un danger mortel pour tout ceux que j’apprécie, pour celle que j’aime, à cause de ce que je suis mon père et mort de mes mains !!! Et je ne m’en souviens même pas !!! Sachant cela je sais très bien que sa pourrais leurs arrivait, que je pourrais tuer Dany même si je ne le veux pas car je préfèrerais mourir que de lui faire du mal ! Je suis un monstre qui à des amis qu’il ne mérite pas, une créature camouflé et se cachant chez les êtres normaux, un être qui aime alors qu’il est le pire danger pour celle qu’il aime, je mériterais la mort pour ce que j’ai fait ! C’est tellement plus simple d’être mauvais, faire du mal car quand on en est conscient on peu assumer on l’a décidé ! »

Il finit par se tourner tout en se laissant tomber au sol, sa voie était tremblante ponctuer de sanglot, les larmes coulaient à flot. Il finit par se retrouver assis au sol le dos contre le mur regardant Filomena de ses yeux jaunes.

« Imagine ce que l’on peut ressentir quand on sait que l’on peut tuer sans le savoir ? Ne pas avoir conscience de faire mal ! J’aime Dany, j’en suis amoureux et je ne pourrais pas lui dire car dès qu’elle saura ce que je suis elle me fuira mais si je ne dis rien je suis pour elle un danger qui attend sûrement son heure et je ne le sais même pas ! »

Sarevok amena ses mains presque devant son visage, les observant.

« Ses mains paraisse normal et pourtant elle son tâché de sang ! Celui de mon père et qui sais-je encore ? Et je ne peux même pas les contrôlés ! Je reconnais que je suis pas le meilleur des mecs qu’il y ai, je reconnais que je suis pas très recommandable, je suis ainsi mais malgré tout il y a quand même certaine personne que j’aimerai épargner dans ce monde et je ne peut même pas les protéger de moi-même… »

Mais pourquoi il lui disait tout ça à elle ? Elle qui venait seulement pour se payer de sa tronche !

« Si je m’en prend au meuble… c’est pour ne pas m’en prendre à des personnes que je chéries même sans être loup-garou, ainsi je passe ma rage… »

Les plaies continuer de saigner, ses vêtements ne pouvait plus absorber le sang et il commencer à y avoir des petites flaques de sang autour de lui, certainement qu’il ne tarderai pas à sombrer dans l’inconscience, si Filomena n’était pas venu, il n’aurait pas pleurer, continuant de dévaster cette salle et peut-être se tuer par la même occasion, sa aurais était tellement plus simple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filomena D. B. Lucchese
Filomena D. B. Lucchese
Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Vide
MessageSujet: Re: Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Icon_minitimeDim 9 Jan - 13:13

    Filomena avait détourné le regard vers la porte, cherchant une parcelle de lumière sur laquelle s’accrocher dans les chandelles accrochées aux murs du couloir. La vue de ce spectacle l’avait d’abord intriguée… Mais déjà, elle n’en pouvait plus de tout ce sang, de ces cris, de ces grognements, de ses meubles éventrés et déchiquetés, de tout ce qui pouvait se trouver-là auparavant qui n’était que charpies maintenant. Et il y avait cette Odeur… L’Odeur portée par l’air commençait à lui donner la nausée, l’Odeur de fer lui prenait à la gorge et lui donnait du mal à respirer… L’Odeur qui lui rappelait immanquablement la maison, son père, les hommes de son père et tous ces gens torturés pour des raisons nébuleuses…

    L’Italienne prit une grande respiration tout en tentant de ne pas suffoquer puis reporta son attention sur le garçon, prête à lui annoncer qu’elle quittait la pièce pour le laisser se détruire à loisir. Cependant, ce qu’elle vit était loin de tout ce qu’elle avait pu imaginer voir : Sarevok s’était affaissé, sa rage semblait dissolue, ses bras pendaient le long de son corps et son front était posé contre le cadre face à lui. Sa voix d’habitude grave et assurée, maintenant devenue tremblante, s’éleva dans les cachots en se répercutant contre les murs.


    « Tu veux savoir pourquoi je fais tout ça ? Parce que j’aime Dany ! Parce que je veux être avec elle, parce que je l’ai vue très proche d’un autre type et que je me suis rendu compte que je ne pourrais jamais la rendre heureuse, que je suis dangereux pour elle, que je suis dangereux pour tout mes amis ! J’ai bien faillit tuer Grey pendant la guerre civile sous ma forme de loup-garou ! Tu peux seulement comprendre ce que je ressens ? Je ne crois pas, je suis un danger mortel pour tout ceux que j’apprécie, pour celle que j’aime, à cause de ce que je suis mon père et mort de mes mains !!! Et je ne m’en souviens même pas !!! Sachant cela je sais très bien que sa pourrais leurs arrivait, que je pourrais tuer Dany même si je ne le veux pas car je préfèrerais mourir que de lui faire du mal ! Je suis un monstre qui à des amis qu’il ne mérite pas, une créature camouflé et se cachant chez les êtres normaux, un être qui aime alors qu’il est le pire danger pour celle qu’il aime, je mériterais la mort pour ce que j’ai fait ! C’est tellement plus simple d’être mauvais, faire du mal car quand on en est conscient on peu assumer on l’a décidé ! »

    Si Filomena était restée, à prime abord, c’était simplement parce qu’elle était un tantinet curieuse de savoir pourquoi le garçon était dans cet état… Maintenant, c’était une légère compassion et un sentiment d’impuissance qui la tenait assise sur le banc, incapable de réagir à ce qui se passait devant ses yeux. C’était bien un crédit que le garçon pouvait se donner : il avait réussi à faire taire la Nasteen, elle qui n’avait habituellement pas la langue dans sa poche.

    Les yeux rivés vers celui qui le regardait à présent, la jeune fille avec une moue où on pouvait lire un mélange de pitié et de tristesse. Ses prunelles jaunes avec quelque chose d’envoûtant tant elles étaient peu commune, elle ne pouvait se résoudre à couper ce contact franc qu’ils avaient pour la première fois depuis la guerre. Sans comprendre exactement sa détresse, l’Italienne savait qu’elle n’avait pas utiliser son don pour avoir la vérité sur les sentiments du garçon.


    « Imagine ce que l’on peut ressentir quand on sait que l’on peut tuer sans le savoir ? Ne pas avoir conscience de faire mal ! J’aime Dany, j’en suis amoureux et je ne pourrais pas lui dire car dès qu’elle saura ce que je suis elle me fuira mais si je ne dis rien je suis pour elle un danger qui attend sûrement son heure et je ne le sais même pas ! »

    -
    Oh tu sais, j’en sais bien plus que je peux le laisser paraître…

    Entraînée depuis son plus jeune âge à percer les esprits des plus grands maléficiens de New York, elle savait que trop bien ce qu’on pouvait ressentir alors qu’on avait le pouvoir de tuer sans le savoir. D’abord, elle avait coopérer avec les affaires de la Mafia sans se poser de question lorsque son père lui demandait d’utiliser son don… jusqu’à ce qu’elle comprenne qu’elle envoyait directement les coupables vers une mort assure. Voilà pourquoi elle était maintenant à Swelty : pour échapper à son père profiteur et ainsi épargner le plus de gens possible.

    Perdue dans ses pensées, la 7e année s’était levée de son banc pour s’approcher du garçon, sans vraiment se rendre compte de ce qu’elle faisait. Sa baguette était tendue, la sorcière lançait des Récurvite et des Réparo en murmurant afin d’éviter de se tordre une cheville ou de mettre le pied dans le sang.


    « Ses mains paraisse normal et pourtant elle son tâché de sang ! Celui de mon père et qui sais-je encore ? Et je ne peux même pas les contrôlés ! Je reconnais que je suis pas le meilleur des mecs qu’il y ai, je reconnais que je suis pas très recommandable, je suis ainsi mais malgré tout il y a quand même certaine personne que j’aimerai épargner dans ce monde et je ne peut même pas les protéger de moi-même… »

    « Si je m’en prend au meuble… c’est pour ne pas m’en prendre à des personnes que je chéries même sans être loup-garou, ainsi je passe ma rage… »


    La pièce avait repris son aspect normal, les meubles étaient réparés et l’air était de nouveau respirable. La pièce nouvellement aérée, Filomena n’eut aucun mal à s’approcher de Sarevok avant de s’assoir sur un banc, face à lui. Comme ça, dans cette posture, les mains cachant à moitié son visage mutilé, la jeune fille pensa alors qu’au fond, il y avait bien un humain empreint de sentiments. Des sentiments forts pour celle qui avait déjà été sa meilleure amie, d’ailleurs.

    La Nasteen avait écouté son confrère sans piper mot, alors qu’elle hochait la tête, compatissante. Elle se rendait compte de plus en plus qu’elle avait jugé le 7e année un peu trop vite, que finalement, ils avaient beaucoup de points en commun… et elle ne pouvait s’empêcher d’avoir un peu mal pour lui à le voir comme ça, affaissé et impuissant.

    - … pour être capable de parler de ta différente, faut encore savoir l’accepter… et je crois que ça t’aiderais aussi pour la rage que tu ressens…

    …il n’y a pas quelqu’un dans l’école qui pourrait d’aider pour tout ça?


    Si la question paraissait un peu simpliste, c’était cependant tout essentiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarevok Eirswatsein
Sarevok Eirswatsein
Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Vide
MessageSujet: Re: Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Icon_minitimeSam 15 Jan - 8:16

Il lui semblât qu’elle voulait partir, elle avait un respiration rappelant le dégoût, il était vrai que l’odeur du sang mêlée à celle du fer était fort désagréable, enfin sûrement car pour Sarevok cela ne le gênés pas le moins du monde. Alors qu’il lui expliquer ce qu’il lui arriver, qu’il se mettait en quelque sorte à nue devant Filomena, celle-ci ne sortit aucun son de sa bouche, nul parole, rien ne pouvant troubler les révélations que Sarevok était en train de lui faire. Tout en la regardant dans les yeux, Sarevok remarqua cette petite moue, mélange sinistre de pitié et de tristesse, une chose qu’il n’aimait pas mais là il lui était reconnaissante, pour une fois il accepter qu’on est pitié de lui, que l’on partage sa tristesse et sa détresse. Qui l’aurait imaginer, deux personne ne pouvant se voire en peinture être ainsi dans la même pièces l’une dévoilant sa peine, l’autre compatissante et ses deux personnes n’était pourtant pas les plus facile à vivre de Swelty.

- Oh tu sais, j’en sais bien plus que je peux le laisser paraître…

Filomena avait finie par s’avancer vers Sarevok, elle s’approchait, certainement sans s’en apercevoir réellement car elle semblait perdue dans ses pensées, lançant des sortilèges et nettoyant les dégât dans la pièces au passage. Notre Terreur se contentait de l’observait, se demandant pourquoi il avait dit toute ses choses à cette fille, elle qui n’aimait pas forcément du à son don et au fait qu’elle est découvert son secret mais au final, au final elle était celle qui était le moins à même de lui faire une morale sur ses actes et décision, Grey lui aurait sûrement dit qu’il s’inquiéter trop et Jana elle aurait dit certainement de s’en inquiéter plus tard car pour l’heure les professeurs étaient présent pour empêcher une tel chose de se produire. Pourtant, Sarevok savait une chose, il aimait cette sensation de puissance qu’il ressentait en devant un loup-garou, lire imaginer la terreur dans les yeux des gens, parfois dans ses rêves il lui arriver de voir comme un loup-garou, voyant des scènes de ses moment où il n’était plus le Sarevok que tout le monde avait vue. A trop souvent se transformer et avec le temps, on commencer à prendre conscience de nos acte pendant le sommeil, avec le temps on finissait par être totalement conscient et pour les plus expérimenter et d’après les anciennes légende l’on pouvait choisir le moment où l’on prenait une forme de loup-garou ou non.

La pièce était enfin redevenue normale. Plutôt elle avait de nouveau l’aspect avant que Sarevok y passe sa rage. Son visage caché dans ses mains il sentit la présence proche de Filomena, face à lui et l’observant, le détaillant. Notre Nasteen fini par sortir lentement son visage de derrière ses mains et plongea son regard dans sa consoeur de maison quand celle-ci lui parla.


- … pour être capable de parler de ta différente, faut encore savoir l’accepter… et je crois que ça t’aiderais aussi pour la rage que tu ressens…

…il n’y a pas quelqu’un dans l’école qui pourrait d’aider pour tout ça?


Une personne vers qui se tourner ? Quelqu’un qui pourrait l’aider ? Non il n’y avait décidément personne. Accepter sa différence, voilà déjà une chose de moins à faire, il y avait longtemps qu’il l’avait accepté.

« Non je n’est personne qui peut m’aider ! Les profs ? Il se contente de s’assurer que je ne puisse pas regarder la pleine lune… »

Sarevok dit ses mots avec froideur et calme. Il n’avait pas de grande estime pour les professeurs à ce sujet. Il baissa les yeux au sol un bref instant et regarda à nouveau Filomena droit dans les yeux, quelque larmes finissant de couler le long de son visage et il esquissa un sourire sincère.

« Filomena…Merci, merci beaucoup ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Vide
MessageSujet: Re: Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo'] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Devastation! Ca fait du bien! [PV Filo']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le destin fait parfois bien les choses ? Ft Justin.
» Ah ! Ca fait du bien de boire un coup ! [pv : Eliwen]
» La nature fait parfois bien les choses. [Shane Smith/Lucky Blue]
» Petit repos qui fait du bien (pv Giselle)
» Petite aide fait grand bien ▬ Andrea
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Swelty, école de magie ::  :: Les Sous-Sols :: Salle Abandonnée-